Circo #75001 / Le PRG Paris Centre soutient Pauline VERON

cropped-bandeaublog

Site de la candidate www.paulineveron.fr

 

°°°

Élections législatives : renouveler la politique, c’est le sens de ma candidature

Chères amies, Chers amis,

Véron-Eustache

La défiance des français vis-à-vis des élus est de plus en plus forte. Partout dans le monde, on observe une montée des populismes et des idées réactionnaires, et la France n’est pas épargnée. Le projet ultralibéral et conservateur de François Fillon, le projet libéral d’Emmanuel Macron et le projet suicidaire économiquement et xénophobe de Marine Le Pen nous donnent l’occasion, à nous progressistes, de prouver une fois de plus que la gauche et la droite ne sont pas semblables. Dans la période politique, je crois que nous devons, plus que jamais, assumer nos valeurs humanistes et de solidarité en présentant un projet de société qui tienne compte des mutations profondes que connaît notre pays.

C’est cette alternative, ce projet progressiste, qui est porté par notre candidat à la présidentielle, Benoit Hamon. Son projet, alliant fidélité aux valeurs de progrès et prise en compte d’enjeux sociétaux nouveaux me semble être le plus adapté pour relever les défis qui sont devant nous.

La révolution numérique, ses conséquences sur l’emploi (numérisation des tâches, fin des carrières linéaires) et le monde du travail (droit à la déconnexion, reconnaissance du burn-out), le développement des start-ups très présentes ici dans le cœur de Paris, la modernisation de nos institutions et la moralisation de la vie politique, la participation des citoyens aux processus de prise de décision, la lutte contre la pauvreté, la nécessaire transition écologique de notre économie pour lutter contre le changement climatique et les pollutions (diesel, pesticides) sont autant de défis qu’il nous faudra relever durant le prochain quinquennat.

À Paris, avec Anne Hidalgo, nous travaillons concrètement pour que notre ville relève les défis qui sont devant elle. La réduction des inégalités par une politique renouvelée en faveur de l’emploi et de l’insertion, la transformation de bureaux obsolètes en logements sociaux, le plan de lutte contre la grande exclusion, la réduction de la place de la voiture pour protéger la santé des Parisiens, la politique ambitieuse en faveur des activités périscolaires ou encore le fait d’inclure davantage les citoyens dans le processus de prise de décision, sont autant de priorités que nous portons avec la Maire de Paris depuis 2014.

En tant qu’adjointe d’Anne Hidalgo, chargée de la démocratie locale, de la participation citoyenne, de la vie associative, de la jeunesse et de l’emploi, je suis fière de :

  • Lancer à Paris de nouvelles méthodes pour accompagner les chercheurs d’emploi comme la garantie jeune, l’expérimentation Territoire Zéro Chômeurs dans le 13e arrondissement ou le plan seconde partie de carrière
  • Accueillir chaque année davantage de jeunes en apprentissage et en service civique à la Ville de Paris, lancer un grand plan en faveur des formations au codage
  • Créer des synergies entre les acteurs associatifs et soutenir la vitalité associative et le bénévolat de tous grâce à la plateforme « Jemengage.paris »
  • Renouveler la pratique politique en incluant les citoyens tout au long du processus des prises de décision ou en permettant à chacun de proposer des idées pour changer la Ville avec le Budget Participatif.

Je suis convaincue que c’est en menant ce type de politiques que nous parviendrons à restaurer la confiance, à sortir de ce contexte de morosité et de défiance et à transformer la société. Le succès du budget participatif, la capacité d’innovation des Parisiens, notamment des jeunes, et leur envie de s’engager sont réconfortantes et rassurantes pour l’avenir.

C’est forte de cette expérience d’élue de terrain, animée par la volonté  de renouveler les pratiques politiques que j’ai décidé d’être candidate aux élections législatives dans la 1ère circonscription de Paris, avec Guillaume Eustache comme suppléant. La 1ère circonscription de Paris, qui comprend les 1er, 2e, 8e et une grande partie du 9e arrondissements est une terre électorale difficile. Le député sortant, est réélu depuis 24 ans et connu pour son conservatisme et ses positions parfois à l’emporte-pièce.

Élue députée en juin prochain, je renoncerai à mon mandat d’élue locale car je suis contre le cumul des mandats, et je ferai de la transparence de la vie publique et de la participation des citoyens mon principal combat. Comme je le fais à Paris en pilotant le budget participatif, je suis convaincue qu’avec une démocratie plus participative, ouverte et transparente nous parviendrons à déployer une démocratie continue, plus moderne et ainsi à réconcilier les citoyens et la politique.

J’aurais besoin de vous et de votre mobilisation à mes côtés dans cette bataille.

1c3b8d3c-e467-4868-b859-f148d4a7b3d8

 

 

PRIMAIRES CITOYENNES Remerciements aux électeurs du 2e arrondissement – Sylvia PINEL

Cher(e)  électeur(rice),

1405 électeurs du 2e arrondissement ont voté pour le 1er tour des primaires citoyennes du 22 janvier 2017. Dans un contexte difficile pour la gauche, cette participation est satisfaisante.

En tant que mandataire de Sylvia PINEL à Paris, je tiens à remercier plus particulièrement celles et ceux qui se sont déplacés pour apporteur leur voix au programme «  De l’Audace pour la France «  portée par la représentante du Parti Radical de Gauche.

Avec 2,29 % des voix, le score est plus que trois fois supérieur à celui de 2011 dans l’arrondissement. En outre, il s’agit du meilleur score réalisé par la candidate à Paris.

Merci à vous ainsi qu’à tous les militants et sympathisants qui ont particpé à cette campagne.

Je remercie également tous les bénévoles qui ont permis de réussir cette opération électorale.

Olivier MAILLEBUAU

Maire-adjoint Paris 2e

Responsable du Cercle PRG Paris 2e

pinel

Campagne de communication pour l’inscription sur les listes électorales

Jean-Bernard BROS, Président du groupe PRG- CI et Président du PRG Paris est intervenu en Conseil de Paris pour défendre une campagne de communication de la Ville de Paris en faveur de  l’inscription sur les listes électorales

 

 » Pour pouvoir voter, un citoyen doit s’inscrire sur la liste électorale de sa commune au plus tard le 31 décembre de l’année civile, muni d’un justificatif de domicile de moins de trois mois et de sa carte d’identité. La règle est simple. Pourtant, de nombreux citoyens oublient, voire même découvrent le jour du vote qu’ils ne sont pas inscrits sur les listes électorales.

Ils sont plusieurs millions en France et nombreux à Paris à avoir le droit de vote mais à ne pas voter. Parce qu’ils ne sont plus inscrits sur les listes électorales, parce qu’ils ont déménagé, parce qu’ils ont oublié de signaler leur changement d’adresse surtout lors d’un déménagement dans paris intra-muros. Or, nous pensons tous ici, qu’aucun citoyen ne doit être privé de son droit de vote à cause d’une règle administrative méconnue ou oubliée. C’est  pourquoi, par notre vœu, nous rappelons que nous souhaitons voir la Ville de Paris mettre en place une grande campagne d’information et de communication.

L’exécutif s’était engagé en mai dernier, à mener cette campagne au second semestre 2016. Nous sommes maintenant à moins de deux mois de l’échéance du 31 décembre. Pour que les Parisiens ne soient pas pris de court, nous souhaitons qu’un calendrier de mise en place de la campagne soit désormais communiqué au Conseil de Paris.« 

Pour faire vivre nos idées, portons un candidat PRG à l’élection présidentielle

Pour faire vivre nos idées, portons un candidat PRG à l’élection présidentielle

Contribution du PRG Paris pour le Congrès du PRG des 2, 3 et 4 septembre 2016 à La Rochelle

cropped-logo_prg2.pngcropped-27dfb-6718_485357224864798_1831843997_n.jpg

Lors des dernières élections départementales, régionales, sénatoriales et européennes, les Radicaux de gauche ont signé des accords électoraux avec le parti socialiste. Mais, dans de nombreux territoires, ces accords ne furent pas respectés.

Depuis la candidature de Christiane Taubira à l’élection présidentielle de 2002, aucune candidature nationale sous notre propre drapeau ne s’est fait jour, étant entendu que les Radicaux de gauche ont respecté leur engagement à l’occasion des Primaires citoyennes en soutenant leur vainqueur, François Hollande.

En 14 ans, nos militants n’ont pas pu soutenir une candidature radicale autonome nationale à une élection républicaine.

Beaucoup de nos militants, et notamment les plus jeunes, n’ont ainsi eu à ce jour pour choix, en tant que Radicaux de gauche, que de soutenir des listes de candidats socialistes.

Sauver quelques circonscriptions aux prochaines élections législatives nécessite-il que notre identité politique soit ainsi étouffée ? Peu importe que la réponse soit négative ou positive, l’identité politique des Radicaux de gauche réside justement dans notre capacité à ne pas aborder le combat des idées par un angle utilitaire irrespectueux du choix citoyen.

L’absence médiatique du parti depuis le début du quinquennat, nous interpelle et nous inquiète. Nous devons, plus que jamais, porter un candidat radical de gauche pour défendre nos valeurs.

A l’avant-garde sur les questions sociétales

Le PRG, euro-fédéraliste et défenseur d’une VIe République ambitieuse, a porté avant les autres des propositions audacieuses en faveur du mariage et de l’adoption pour les couples homosexuel-le-s, pour la fin de vie dans la dignité, pour la légalisation du cannabis, pour la reconnaissance du droit de vote et d’éligibilité des étrangers aux élections locales, pour la procréation médicalement assistée la plus ouverte possible, pour l’éthique dans la recherche génétique, pour la défense d’un urbanisme écologique volontariste, etc.

Notre vision libérale dans le combat contre toutes les discriminations n’est pas qu’une vue de l’esprit.  Ainsi, face à l’afflux migratoire de réfugiés issus de zones où la violence fait rage, les Radicaux de gauche parisiens se sont mobilisés sur le terrain et ont soutenu sans relâche la mobilisation de moyens ainsi que la création de centres d’information, d’accueil et d’hébergement pour les exilés.

En précurseur du réformisme économique

Notre approche non-dogmatique des problématiques socio-économiques apporte une réponse à une néo-mondialisation numérisée nécessitant une analyse experte, complexe et évolutive.

Défenseur d’un service public innovant, d’une recherche publique ambitieuse et d’une politique extérieure utilisant un libre-échange européen adapté à nos exigences sociales et environnementales ; nos choix sont portés par le pragmatisme et le bien collectif.

Le co-développement irrigue nos orientations stratégiques où la francophonie est un vecteur culturel indéniable au même titre que notre capacité à attirer l’attention du monde par certains événements sportifs majeurs.

Notre capacité à dépasser les combats d’arrière-garde zadiste pour réussir la transformation collaborative et solidariste nous rend indispensable pour une gauche étouffée par ses certitudes du XIXe siècle où le dimanche, « jour du Seigneur », doit être chômé.

De l’Audace, encore

Le Parti radical de gauche est, depuis l’élection de François Hollande, le seul parti politique représenté à l’Assemblée nationale et au Sénat à soutenir le Président de la République en dehors de son propre parti.

Nous sommes conscients de l’apport de nos représentants au Gouvernement. Mais, nous sommes également conscients de l’importance des déceptions actuellement ressenties parmi nos militants et dans notre électorat, déceptions accentuées par un contexte socio-économique difficile et une crise politique grave. Les Radicaux de gauche doivent ainsi assumer leur part de responsabilité et éclairer le débat public de leurs valeurs progressistes et humanistes.

Initiateurs des Primaires citoyennes et de leurs succès, les Radicaux de gauche constatent avec dépit que les conditions de la participation du PRG aux Primaires portées par la Belle Alliance Populaire ne sont pas réunies et qu’aucune des autres Primaires envisagées à gauche ne sont suffisamment ouvertes et sérieuses pour porter le nouvel élan que nous devons aux citoyennes et aux citoyens.

Les valeurs républicaines étant plus que jamais au centre des préoccupations démocratiques, le réformisme radical porté par nos responsables, nos élus et nos militants s’inscrit dans les défis des prochaines présidentielles.

N’attendons pas que d’autres nous fassent exister ni que le vote utile ne constitue le seul projet politique de ceux qui, dans la majorité, refuseront tout devoir d’inventaire.

Comme l’écrit Jacques Mézard, Président du Groupe RDSE au Sénat, « un courant politique dont l’expression n’est pas lisible dans la principale élection française devient inaudible, terriblement marginalisé et ses militants démobilisés ».

Prenons nos responsabilités en décidant au Congrès de La Rochelle de présenter un candidat à l’élection présidentielle. Choisissons une candidate ou un candidat pour nous représenter et lançons dès à présent la dynamique collective pour porter haut et fort nos couleurs en 2017 !

Les JO 2024, accélérateurs de politiques publiques

Intervention du groupe PRG-CI au Conseil de Paris des 17, 18 et 19 mai 2016

LogoJO

Madame la Maire,
Mes chers collègues,

A quelques jours du coup d’envoi de l’Euro 2016, qui a déjà conduit à la modernisation de nombreuses infrastructures sportives en France, le groupe RGCI se félicite des 43 mesures évoquées dans ce plan d’accompagnement.

Les Jeux à Paris, c’est cette occasion unique de proposer aux Parisiens un évènement qui dépasse très largement le sport. Parce qu’ils font rêver, parce qu’ils font vibrer… et par ce qu’ils laisseront un héritage conséquent à notre Métropole.

Cette candidature de Paris aux JO 2024 est un véritable challenge que nous devons relever ensemble. Dès le bloc de départ, nous allons oser ! Faisons preuve d’audace et de créativité pour faire gagner Paris. Osons des JO durables, des JO ambitieux et responsables ! Osons de grands projets pour bâtir, construire l’identité de notre territoire du Grand Paris. C’est comme cela que nous réaliserons notre Grand Chelem !

Aussi, les mesures d’accompagnement doivent être porteuses d’ambitions fortes pour l’attractivité de notre Ville, mais aussi pour le quotidien de Parisiens.

Avec ces 43 mesures, je le crois, les JO 2024 à Paris seront un évènement mondial, aux héritages conséquents. Je pense au domaine du sport bien évidemment, mais également à ceux de la solidarité, de l’environnement, de l’attractivité, de la sécurité et de la construction métropolitaine.

C’est pourquoi, les élus du groupe RGCI se félicitent de voir que notre candidature à ce grand événement est construite dans un souci de l’avenir.

Fédérer autour des valeurs olympiques, c’est porter les valeurs d’amitié, de respect et de paix dans toutes les composantes de la société. Le sport est un repère pour notre société : il intègre, partage et fait cohabiter dans le respect des différences.

Nous avons également besoin de ce projet pour développer la pratique sportive. Pensez à ces jeunes qui ont vont commencer le sport après avoir découvert cet événement sportif. Encourager la pratique sportive, c’est améliorer le bien-être des parisiens mais aussi la cohésion de notre société.

Enfin, ce projet, c’est aussi développer des politiques publiques essentielles pour de nombreux Parisiens : je pense là, au logement, mais aussi aux transports et plus généralement à l’aménagement de notre Ville.

Transformer durablement le quotidien des Parisiens, c’est à la fois mettre le sport et ses valeurs au cœur de la société mais c’est aussi apporter des infrastructures qui changent le quotidien de chacun. Nous retrouvons ces deux aspects dans ce plan d’accompagnement de notre candidature. Nous nous en félicitons.

10.000 athlètes, 4 milliards de téléspectateurs, des millions de supporters et des emplois créés pour l’évènement. Oui, les JO à Paris seront porteurs d’un dynamisme économique à court terme. Mais, nombre d’olympiades ont été organisées sans penser l’avenir.

Que va-t-il se passer après la compétition sportive ? Nous devons penser dès aujourd’hui à l’héritage que les Jeux laisseront aux Parisiens et aux habitants de la Métropole.

Les grands évènements, quand ils sont construits dans le souci de l’avenir, de manière à la fois ambitieuse et responsable, laissent un héritage matériel et immatériel qui modèlent nos sociétés et les inscrivent dans le futur.

Transports, loisirs, équipements sportifs, etc, les avancées seront fortes dans certains domaines. Je pense notamment, à la baignade dans la Seine, mais aussi au développement de modes de transport innovants.

Si elles sont co-construites avec de nombreux acteurs, à l’image des acteurs privés et associatifs. Nous ne pouvons que nous féliciter de cela !

Avec Paris2024 nous déclinerons les valeurs de l’Olympisme partout et pour tous. Nos JO seront construits et partagés avec les Parisiens. C’est une démarche positive et généreuse porteuse d’un véritable dynamisme pour Paris.

Je vous remercie.

Le PRG Paris salue les réflexions apportées par la « Nuit Debout » mais appelle à une forte vigilance sur les questions de sécurité

COMMUNIQUE PRG PARIS

La fédération de Paris du PRG salue l’émergence d’un débat citoyen dans le cadre du mouvement « Nuit debout », mais s’inquiète cependant des débordements qui rendent inaudibles les débats et revendications de cette mobilisation.

Ce regain de participation citoyenne dans un contexte d’abstention récurrente aux élections politiques doit nous inspirer pour repenser certaines règles de notre démocratie. Ce mouvement nous enjoint à réfléchir aux modalités de la représentation et de l’expression des citoyens dans les institutions républicaines. Il nous faut cependant rappeler que la loi est la même pour tous et que le mouvement « Nuit debout » doit s’organiser pour garantir la sureté de tous dans l’espace public, notamment dans le secteur de la Place de la République. Les incidents violents qui ont émaillés la mobilisation des derniers jours représentent en effet un danger pour la sécurité des participants, des passants, des commerçants et des riverains.

 La démocratie est aussi une forme de responsabilité et doit garantir l’ordre public pour la sureté de tous les citoyens. C’est à cette condition que s’exerce le débat public, et non par la violence de groupes de casseurs.

Ainsi, nous appelons les responsables à s’organiser pour empêcher les débordements des derniers jours qui nous interrogent quant au devenir de ce mouvement et mettent une pression inutile sur les forces de l’ordre déjà fortement mobilisées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Paris, le 19 avril 2016